Once a Gangster - Film (2010)
Once a Gangster - Film (2010)

Film de Felix Chong Comédie et policier 1 h 35 min 20 mars 2010

Roast Pork (Jordan Chan) est un ex-membre des triades reconverti aujourd'hui en cuisinier renommé dans tout Hong-Kong. Mais lorsque son ancien mentor (Alex Fong) refait surface et qu'il lui demande d'affronter Swallow (Ekin Cheng), fils de l'une des fondatrices de la triade en question, afin devenir le « Dragon Head », tout ne va pas se passer comme prévu.
En effet, Roast Pork et Swallow ont bien changé. Le premier aime sa vie paisible avec sa femme (Michelle Ye) et gagne confortablement sa vie, l'autre s'est découvert une passion pour les études lors de son passage en prison. Tous deux vont tout mettre en œuvre pour éviter de prendre la tête de la triade...

  • Seed
  • :
  • 727
  •  
  • Leech
  • :
  • 254

Once a Gangster Film


Pour télécharger le contenu vous devez installer un logiciel de "Torrents" : Utorrent

Cliquer ensuite sur « Telecharger le Torrent » ci-contre et le téléchargement débutera !

Troisième au box office local lors de sa sortie, Once A Gangster n'est pas un film de triades comme les autres. Cette première réalisation de Felix Chong en solo, d'habitude accompagné de son comparse Alan Mak, joue plutôt sur le ton de la comédie voire carrément de la parodie. Et c'est plutôt étonnant quand on sait que le bonhomme n'est autre que le scénariste des Infernal Affairs et qu'il n'hésite pas une seconde à les tourner cette trilogie en dérision.

C'est bien là la grande force de Once A Gangster, il s'amuse à parodier le genre et ne se prend que rarement au sérieux. Infernal Affairs est en ligne de mire, avec le flic infiltré dans le milieu des triades qui comme dans son « modèle » a le bras au plâtre, sauf qu'ici, le plâtre change de bras sans arrêt et que le boss ne s'en aperçoit même pas parce qu'il est incapable de savoir où est la droite et où est la gauche. Ce même flic infiltré qui se croit discret alors que tous les membres de la triade sont au courant et s'amusent à l'amener à chaque fois sur des fausses pistes,... La célèbre série des Young & Dangerous passe aussi à la moulinette sauf qu'elle est ici tournée à la dérision avec Jordan Chan (Bio Zombie, Men Suddenly in Black) et Ekin Cheng (Stormriders, Heroic Duo), deux des figures emblématiques de la série, qui cherchent à tout prix à ne pas prendre la tête de la triade parce qu'ils préfèrent leur petite vie tranquille. Un des personnages du film remercie d'ailleurs à un moment donné Andrew Lau, comme s'il était à une cérémonie de récompenses, pour avoir créé cette série des Young & Dangerous.

D'autres films sont également tournés en dérision comme certains Johnnie To ou le Confession of Pain de Andrew Lau si j'en crois certains textes sur Internet, mais ne les ayant pas vu, je ne pourrais en dire plus.

Quoi qu'il en soit, le côté parodie / hommage est vraiment bien rendu et c'est vraiment LE point fort du film. Par contre, malgré sa courte durée, on notera tout de même un petit passage à vide vers le milieu. Il faut dire que si certains personnages sont très réussis, d'autres le sont déjà nettement moins et les scènes impliquant Candice Yu On-On deviennent rapidement laborieuses. Cette dernière cabotine beaucoup trop et en devient un poil irritante. Alors c'est son personnage complètement speed et accro aux ecstasys qui veut ça, mais au final elle est plus ridicule d'autre chose.

Dans l'ensemble, on passe un bon moment même si on a l'impression parfois que Felix Chong hésite à passer son film dans un ton beaucoup plus sérieux avec ces affrontements brutaux à la machette mais il revient heureusement aux situations cocasses et aux gags rapidement. Même si on ne rit jamais aux éclats, l'ambiance générale est légère et détendue.

Once A Gangster est au final un sympathique divertissement. Le casting de luxe et l'humour omniprésent avec ce côté parodique font passer un agréable moment, parfait pour les longues soirées hivernales qui s'annoncent. Même si on ne criera en aucun cas au chef d'œuvre, Felix Chong prouve donc que, même sans son acolyte Alan Mak, il est capable de mettre en boite un film qui tient franchement la route et qu'il faudra désormais compter sur lui dans les années à venir.